L’arc-en-ciel : du déluge biblique aux LGBT+

English / Español / French / Portugués / Chinese

Luís Corrêa Lima*

En temps de pandémie, les prophètes du malheur abondent, envisageant le châtiment divin dans les calamités naturelles. Et ils peuvent même utiliser des textes bibliques sur les tremblements de terre, les tempêtes, les parasites, les fléaux et autres malheurs. Tout cela fait partie de la cosmologie ancienne, qui considérait ces phénomènes comme une intervention surnaturelle. Avec le temps et le développement de la science, il a été possible d’y reconnaître l’autonomie de la création, qui a ses propres lois.

Dans la tradition judéo-chrétienne, cependant, il existe de nombreux récits inspirants et des images positives de l’amour de Dieu pour l’humanité et la création. L’une des plus belles est celle de l’origine de l’arc-en-ciel, dans le premier livre de la Bible, la Genèse. Ce livre a été écrit pendant l’exil des Juifs à Babylone, au VIe siècle avant J.-C. C’est une réécriture monothéiste des anciens mythes babyloniens sur la création du monde et le Déluge. Dans la Genèse, après le Déluge universel au temps de Noé, Dieu établit une alliance éternelle avec l’humanité et avec la création, dont le signe est l’arc-en-ciel. Et il dit :

« Quand je ferai apparaître des nuages sur la terre et qu’on verra l’arc dans la nuée, je me souviendrai de mon alliance entre moi, vous et tout être vivant quel qu’il soit ; les eaux ne deviendront plus jamais un Déluge qui détruirait toute chair. L’arc sera dans la nuée et je le regarderai pour me souvenir de l’alliance perpétuelle entre Dieu et tout être vivant, toute chair qui est sur terre. » Dieu dit à Noé : « C’est le signe de l’alliance que j’ai établie entre moi et toute chair qui est sur la terre. » (Gn 9, 14-17)

Dans ce récit, la destruction du monde et de ses êtres vivants n’est ni un désir ni un dessein divin, même si, selon la cosmologie ancienne, cela s’est déjà produit. Dieu est créateur, Dieu de la vie, qui veut le bien de la création dans la plus grande diversité de ses êtres. À propos des catastrophes et des malheurs, Jésus a été interrogé sur la culpabilité présumée des victimes, comme l’effondrement d’une tour et le massacre ordonné par Pilate dans le Temple. Pour Jésus, ce qui importe n’est pas de savoir si ceux qui ont perdu la vie ont péché, mais si la tragédie est un stimulant à la conversion.

Plus de deux millénaires après la Genèse, le mouvement LGBT+ a adopté le drapeau arc-en-ciel comme symbole. Cela a commencé en 1978, à San Francisco, avec l’artiste Gilbert Baker, lorsque les premières versions du drapeau ont été vues dans les rues lors du défilé. L’idée de l’artiste était de promouvoir la diversité et l’inclusion, en utilisant quelque chose de la nature pour représenter la sexualité comme un droit humain.

À cette époque, le Brésil vivait sous le joug de la dictature civilo-militaire. L’archevêque d’Olinda et de Recife, Hélder Câmara, était devenu un extraordinaire défenseur des pauvres et des droits humains, souffrant d’une sévère censure et de persécutions de la part du régime. Malgré cela, il a réussi à publier un livre de poésie. Par coïncidence, c’était la même année que 1978 et l’un de ces poèmes disait

“Fais-moi un arc-en-ciel

qui accueille toutes les couleurs

dans lesquelles ta lumière

est fragmentée !

Fais de moi, encore et toujours,

un arc-en-ciel

qui annonce le calme

après les tempêtes… ”

Pere Hélder Câmara

L’arc-en-ciel de Hélder et celui des personnes LGBT+ appartiennent à des contextes très différents, mais ont des éléments en commun. Tous deux défendent les droits humains, la diversité et l’inclusion. Toutes les personnes sont l’image et la ressemblance de Dieu dans ce monde, des couleurs dans lesquelles la lumière divine est fragmentée dans la diversité de la création.

Il ne faut pas écouter les prophètes du malheur, qui attribuent les calamités naturelles au châtiment divin et stigmatisent les groupes et les individus. La science contribue à une foi plus pure et plus adulte, comme l’affirme le Concile Vatican II. Puisse la science et la foi adulte nous aider à prendre soin de nous en temps de pandémie, et à retrouver le calme après la tempête.

* Luís Corrêa Lima est un prêtre jésuite et professeur à l’Université catholique pontificale de Rio de Janeiro. Il travaille à la recherche sur le genre et la diversité sexuelle.

This entry was posted in News/blog and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *