CP N15 Groupe catholique mondial appelle le Vatican à renverser les positions récentes qui nuisent et déshumanisent les catholiques LGBTIQ + et leurs familles

Groupe catholique mondial appelle le Vatican à renverser les positions récentes qui nuisent et déshumanisent les catholiques LGBTIQ + et leurs familles

Le Réseau mondial des catholiques arc-en-ciel soutient les personnes LGBTIQ+ en Pologne et les réfugiés LGBTIQ+ dont les droits sont bafoués par les représentants de l’Église

English / Spanish / French / Italian / Portuguese / Chinese

2 septembre 2020. Les dirigeants du Réseau mondial des catholiques arc-en-ciel (GNRC), un réseau international de groupes œuvrant pour la pastorale, la justice, l’inclusion, la dignité et l’égalité des personnes LGBTIQ+ dans l’Église catholique et dans la société, ont exprimé leur vive inquiétude face à un certain nombre d’actions récentes des dirigeants de l’Église. Ils affirment que plusieurs endroits dans le monde deviennent plus dangereux pour les personnes LGBTIQ+, et que les responsables catholiques encouragent ces menaces.

“La Pologne est clairement au centre de cette préoccupation”, a noté Michael Brinkschröder, le délégué régional européen au conseil d’administration du GNRC. Il a souligné les préoccupations accrues concernant les tentatives de marginalisation des personnes LGBTIQ+ suite à la réélection du président Duda, y compris les tentatives d’établir des “zones sans LGBT” dans certaines communes. En outre, il a déclaré que la déclaration de la Conférence des évêques polonais selon laquelle l’enseignement officiel de l’Église catholique romaine condamnant les relations homosexuelles est “infaillible”, et l’appel à la mise à disposition de centres de “thérapie de conversion” (Position de la Conférence des évêques polonais sur les questions LGBT+, 28 août 2020, paragraphes 50 et 38, respectivement) “déshumanisent les personnes LGBTIQ+ et augmentent la probabilité qu’elles soient soumises à des violences ou des traitements coercitifs”.

Le GNRC a récemment publié une lettre ouverte aux évêques de Pologne, écrite avant la publication de la déclaration de la conférence des évêques, appelant les responsables catholiques à se souvenir de leur rôle de pasteurs et de gardiens des droits de l’homme, compte tenu notamment des conditions auxquelles sont confrontées les personnes LGBTIQ+ dans leur pays.

Alors même que les militants LGBTIQ+ et les dirigeants d’organisations dans de nombreux pays sont confrontés à des menaces croissantes, le représentant officiel du Vatican auprès des Nations Unies a fait valoir que les réfugiés ou demandeurs d’asile LGBTIQ+ ne devraient pas recevoir d’aide sur la base de leur identité car cela pourrait conduire à une discrimination arbitraire (Déclaration de S.E. l’archevêque Ivan Jurkovič, le 7 juillet 2020. Page 2). L’archevêque Jurkovič a publié une déclaration remettant en question un rapport du HCR (Agence des Nations Unies pour les réfugiés) qui soulignait le besoin de protection de certains réfugiés et demandeurs d’asile sur la base de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Junko Shimada, membre du groupe japonais Nijirono Tomoshibi, membre du GNRC, qui soutient en particulier les réfugiés LGBTIQ+ au Kenya, a déclaré que “même si les responsables de l’Église ne peuvent pas comprendre des concepts tels que l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, les réfugiés LGBTIQ+ existent, et ils sont arrêtés en vertu des mêmes lois qui interdisent les relations homosexuelles, donc ils sont discriminés et poursuivis même à l’intérieur des camps où ils sont censés demander l’asile”.

Le rapport du HCR note un certain nombre de pays et de régions où les personnes LGBTIQ+ sont fortement menacées et fait état des progrès réalisés pour répondre à leurs besoins, mais reconnaît qu’il reste beaucoup à faire. Carolyn Minchin, membre du groupe Rainbow Catholics Interagency for Ministry, basé en Australie, a déclaré : “Je pense que l’aide aux réfugiés LGBTIQ+ est essentielle à leur survie, en raison de l’intensité de la violence et de la discrimination dont ils sont victimes à chaque étape de leur voyage en tant que réfugiés”. De nombreux réfugiés LGBTIQ+ se trouvent dans la situation terrifiante d’être menacés de mort par leur propre famille, et ne bénéficient d’aucun soutien au sein de leur communauté. L’intensité de cette haine continue à avoir un impact sur leur vie dans des endroits où ils sont censés être en sécurité. “L’intégration et l’invisibilité leur sont impossibles, et le silence sur la question de savoir comment améliorer la sécurité des réfugiés LGBTIQ+ coûte des vies au quotidien”, a ajouté Mme Minchin.

Ruby Almeida, co-présidente du GNRC, a fait remarquer que l’organisation avait publié plus tôt cette année un rapport sur la manière dont ses membres gays, lesbiennes et bisexuels avaient fait l’expérience de la discrimination et de la violence. “Ce que nous avons constaté, c’est que cette oppression est souvent liée à l’Église, soit à des déclarations particulières, soit à ses enseignements. Notre Église ne peut pas à la fois prétendre honorer la dignité de toutes les personnes et soutenir activement la poursuite et même l’expansion de l’oppression contre nos communautés arc-en-ciel”, a déclaré Mme Almeida. “Le genre d’événements auxquels nous assistons cette semaine est profondément bouleversant pour nous tous, et est littéralement une question de vie ou de mort pour certains”, a déclaré Christopher Vella, co-président du GNRC.

Le GNRC appelle le pape François et le cardinal Parolin, secrétaire d’État du Vatican, à retirer les objections du Vatican au rapport du HCR et à aider les évêques de Pologne à travailler avec la communauté LGBTIQ+ dans ce pays de manière à protéger les personnes de la marginalisation et des préjudices. En outre, le GNRC appelle le Vatican, les évêques et les responsables de l’Église partout dans le monde à mettre fin à tout soutien à la soi-disant “thérapie de conversion”, qui a été discréditée comme nuisible par presque toutes les organisations crédibles de sciences sociales et de thérapie. En effet, en mai 2020, le rapport de l’expert indépendant de l’ONU sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre a déclaré que cela “peut équivaloir à de la torture”.

Réseau mondial des catholiques arc-en-ciel 2020

This entry was posted in Press release and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *